Notre Histoire
les débuts

 

L'appel de Dieu retentit dans l'Histoire, et au cœur de nos histoires personnelles.

 
 

Bienvenue
Présentation de la Province
Lieux de vie
Maison Mère
Evénements de Province
Adresses et Agenda

Projet commun
Dimension  internationale
Associés

Agir avec les associations
Agir pour la planète
Avec les jeunes
Avec le milieu scolaire
Agir pour plus de vie

Fondateurs 
Expansion en France
Fondations outre-atlantique

Photos souvenir

Propositions pour aujourd'hui :
   Psaumes et vie
   Juste un mot

  Coup de coeur
 

 

Notre Congrégation a été fondée en 1823 par Jean-Maurice Catroux, curé de La Salle de Vihiers et Rose Giet, native de cette commune des Mauges ravagée par les Guerres de Vendée.   Jean-Maurice Catroux
Rose Giet Nos Fondateurs ont centré leur vie sur la personne du Christ, à travers l'Amour qu'Il est venu révéler aux hommes ; c'est le sens du nom qu'ils ont choisi pour leur Congrégation naissante : Filles de la Charité du Sacré Cœur de Jésus.
  La foi de Rose Giet s'est enracinée dans son éducation familiale et a été marquée par la Révolution française et plus particulièrement par la " Guerre de Vendée ". Rose Giet a vécu la bataille de Coron, le 11 avril 1793. Elle était à l'école de ce petit bourg, tenue par les Sœurs de la Sagesse, pendant les combats qui ont ensanglanté la région. Deux évènements ont marqué pour elle cette journée dramatique : une statuette de la Vierge qu'elle n'avait jamais vue est tombée sur ses genoux, et, elle et sa sœur ont été remises sur le bon chemin par des "Bleus" alors que, paniquées par les combats, elles se dirigeaient vers Chemillé au lieu d'aller vers La Salle de Vihiers pour retrouver leur ferme de la Fouquette.
 
 
 
Elle a connu les ravages de la révolution dans sa propre famille et dans les fermes avoisinantes. La mère Giet a recueilli en 1794 une fillette laissée pour morte sur le corps massacré de sa mère et l'a élevée avec ses enfants. Cette charité, Rose l'a vue vivre constamment par sa mère.
Rose a vu aussi l'école de La Salle de Vihiers détruite, l'église en partie incendiée et les difficultés et les misères qu'entraînent toujours les guerres. Devenue adulte, elle a le souci des nécessiteux et des vieillards de la paroisse.

En 1821 arrive à la Salle de Vihiers,  un jeune prêtre du Saumurois : Jean Maurice Catroux. Ordonné deux ans auparavant, il prend la mesure des besoins de sa paroisse au plan de l'éducation et des soins à donner aux malades. Il fait donc appel à Rose dont il a perçu la foi et le dévouement.