Agir avec les associations

 
   

Bienvenue
Présentation de la Province
Lieux de vie
Maison Mère
Evénements de Province
Adresses et Agenda

Projet commun
Dimension internationale
Associés


Agir avec les associations

Agir pour la planète
Avec les jeunes
Avec le milieu scolaire
 Agir pour plus de vie
   
Fondateurs 
Expansion en France
Fondations outre-atlantique
Photos souvenir

Propositions pour aujourd'hui :
   Psaumes et vie
  
Juste un mot

  Coup de coeur
 

 

Etre engagée à Nantes, au Secours Catholique, dans une équipe de quartier, qu'est-ce que cela représente concrètement ?

           Selon les activités :  accompagnement-secours, soutien scolaire,     
           alphabétisation, relations avec des détenus, groupes de 
     
           convivialité , etc... l'engagement est différent.

 

Etre engagée dans l' Accompagnement-Secours,
- c'est se retrouver au cœur d'une équipe de bénévoles -jeunes ou moins jeunes - animée par le désir d'un monde plus juste et plus fraternel et la volonté d'y contribuer pour sa part.
- c'est se rendre chaque semaine - par deux - chez des personnes qui ont fait appel parce qu'elles étaient en difficulté : fin de mois à assurer, facture EDF à payer, besoin d'un soutien scolaire pour un enfant, de quelques semaines de vacances au cours de l'été, démarches administratives quand on est migrant, désir de sortir de son isolement, de confier un peu de son fardeau de vie, ....
- c'est savoir que l'approche des personnes en détresse demande beaucoup de tact, de discrétion. Nous n'allons pas à la rencontre d'un problème, mais d'une personne.
- c'est tenter de créer une relation de confiance, aborder l'autre dans une attitude fraternelle qui ne s'improvise pas, d'où la raison d'être des temps de formation à l'écoute, à l'accompagnement

 proposés par la Délégation diocésaine.
- c'est aussi percevoir et accueillir les richesses de cœur et d'intelligence, la culture, le savoir-faire des personnes rencontrées, tout leur potentiel de vie, de création que cache parfois la difficulté

présente.
- c'est, avec elles, trouver les solutions de la sortie de leur impasse actuelle, tout en les laissant acteurs de leur vie, les accompagner pendant parfois plusieurs mois. Tout au long de cette recherche, se

 créent souvent des relations d'amitié.
- et tous les mardi après-midi, c'est se retrouver en équipe de 14h à 18h, pour exposer les situations rencontrées dans la semaine (8 -10 - voire 12), en débattre, prendre les décisions qui semblent les meilleures, partager les suivis assurés et repartir vers les personnes, enrichies de la réflexion menée ensemble pour leur apporter une aide appropriée à leur situation .
                                                        
                                                    S. Dominique et Maryvonne


En savoir plus sur le Secours catholique

 

Etre bénévole avec Auxilia près de détenus 
 

   
 Etant à la retraite, et ayant constaté en temps que professeur que certains élèves étaient défavorisés, n'avaient personne pour les aider, j'ai eu envie de  redonner ce que j'avais reçu.

    J'avais entendu parler de AUXILIA et au moment où je cherchais une activité  bénévole, j'ai eu entre les mains un article de l'Association qui lançait un appel, car il n'y avait pas assez de professeurs et des dossiers d'élèves étaient en attente. Je me suis inscrite en demandant le niveau "mathématiques collège" - ce que j'avais enseigné - et auprès des détenus. C'était en 1997.

    Le test d'inscription permet de voir le niveau. Ce sont souvent des jeunes qui ont eu une scolarité plus ou moins régulière et qui veulent se remettre à niveau pour continuer des études.

 
J'envoie des exercices avec le cours polycopié si l'élève n'a pas de livre. Au retour, j'explique ce qui n'a pas été compris. C'est un travail personnalisé. Dans certains centres pénitentiaires, il y a des cours donnés sur place. Le rythme est de trois ou quatre semaines, il faut tenir compte de l'aller-retour en passant par Auxilia et de la distance et puis il suffit de peu de choses pour perturber.

  

     

 

Tous ne persévèrent pas et parfois leurs conditions de travail ne sont pas faciles.
Lorsque le niveau 3ème est atteint, d'autres professeurs prennent la relève.
En ce moment j'aide 3 élèves depuis un an.
 
J'ai eu jusqu'ici une quinzaine d'élèves puisque certains abandonnent pour diverses raisons ; mais qu'ils soient  jeunes ou moins jeunes ils remercient toujours pour l'aide apportée. Quelques uns vont se confier , d'autres en rester à la relation enseignante-enseigné ;  nous ne posons jamais de questions, ce serait indiscret.

Je suis vraiment accrochée à ce travail et je souhaite le continuer le plus longtemps possible.


                                    S. Colette

 

En savoir plus sur Auxilia
 


Banque Alimentaire
Préparer les commandes de produits secs
 

   Je vais chaque mardi matin à l'entrepôt central de la Banque Alimentaire de Loire-Atlantique  participer à la préparation des commandes destinées aux Associations qui viennent régulièrement se ré-approvisionner au profit des personnes qui ont besoin d'aide pour se nourrir correctement.
 
  Notre travail consiste à charger des palettes de tous les produits demandés : ce qui peut aller de 20 à plus de 80 packs de lait, de 180 kilos de pâtes à 100 à 300 boîtes de conserves (viande et légumes ou légumes seuls ou poisson ou compote de pomme) ....... chocolat, sucre, farine, confiture, légumes secs, céréales, pots pour bébés ......
  Il s'agit que les charges soient bien équilibrées et la commande sans erreur.
  Une association peut prendre 2 à 3 palettes par mois (400 à 500 kg par palette souvent)

  Pendant que nous chargeons ces produits secs, d'autres fournissent les produits gardés au froid ou les légumes donnés par les grandes surfaces. Cette collecte est faite aussi par des bénévoles chaque matin dans les magasins qui donnent leurs surplus ; elle est rapportée dans des véhicules frigorifiques.

Chaque étape des manipulations est soigneusement respectée au plan de l'hygiène et surtout de la chaîne du froid.

La Banque alimentaire constitue ses stocks grâce à 2 collectes annuelles : en novembre et en avril et grâce aux apports de l'Union européenne pour des produits de longue conservation. Elle n'approvisionne pas de personnes individuelles mais toujours des associations et ne donne que de l'alimentation, jamais d'argent car elle ne possède pas de fonds propres, seulement des subventions : les locaux sont à la ville de Nantes et les véhicules parrainés entre autres par EDF

Participer à ce travail c'est faire partie d'une très longue chaîne de solidarité et d'entraide qui part du consommateur et  qui, par les associations et tous les bénévoles va jusqu'à tous ceux qui sont en situation précaire.
                                                                                                        S. Bernadette

haut de page